Fabien, Mathilde (qui sont partis) et Flore (ne) chopent (plus) à Dunedin

07 avril 2009

Un jour, une histoire

La vie en stage, c'est bien. Même en périphérie de Paris. La preuve, étape par étape. Notez qu'à peu près toutes les photos sont prises de ma voiture, ce qui signifie... Que je passe toute ma journée en voiture. J'ai donc disparu de Dubos (mes collocs eux-même ne me voient plus) pour dormir dans ma voiture.

Reprenons au début: le réveil. Ou plutôt le petit déjeûner. Je n'oserais pas vous montrer mon érection du matin.

002
Un chou fleur, un demi pamplemousse, et de la moutarde. Mais comme nous sommes des gens TRES TRES cools, il y a toujours une vodka au congél.

003
Je vais ensuite à... PORTE D'ITALIE! Il faut beau, les pigeons chantent et la tour-bite de jeanne se dandine.

004
L'exotisme de ma journée: direction Nantes Bordeaux. J'écoute Katchafire, alors j'ai l'impression d'aller direction Oamaru.

006
Là, je rentre sur l'A6B. Oui madame. Et je ris fort dans ma voiture en voyant les cons qui sont bloqués.

008
Je regarde le paysage, rêveur.

010
30 km plus loin, les gens qui arrivent de banlieue n'avancent toujours pas. La différence, c'est que ceux-ci vont encore mettre 4h avant d'arriver au travail. La loose.

014
Puis, des arbres. Plein d'arbres en bord de route. La campagne surgit d'un coup.

018
Voilà ma zone d'étude. C'est marrant hein?

024
Après, je retourne à Versailles à mon bureau. Et ben quand je passe devant çA, j'ai juste l'impression de me revoir à 14 ans avec du gel dans les cheveux pour me faire des pics. Si si, j'ai eu ça. Et c'est associé au chateau de Versailles.

025
Je prends parfois des chinois en photo à leur insu.

026
Là, j'ai tenté de prendre un photo Doctissimo "qu'est ce qu'une crise d'urticaire?" où est associé un texte disant que ça peut tourner en cancer de la peau foudroyant. A cette heure-là, j'en profite alors pour retranscrire l'entretien que je viens de faire, avec un mec et sa femme, qui s'endormait dans le canapé en regardant la télé éteinte.

030
Puis, sonnent 17h45, je pars en courant PILE à l'heure (je sais c'est glauque), EXACTEMENT en même temps que mes collègues de bureau (au nombre de trois: la vieille bizarre, le mec le plus rigide du monde (vraiment) et la conne qui rigole). Et là c'est moi le con dans les embouteillages. Puis, une fois rentré, j'ai faim:

002
Retour à la case départ.

Au revoir les amis, à bientôt pour des aventures encore plus folles.


Posté par falubien à 21:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]


30 mars 2009

Le blog de la loose, le retour!

Après vous avoir raconté ma loose à Paris, j'esplore de nouvelles contrées toujours plus extrêmes en termes de loose et j'ai donc décidé de vous faire partager ma vie à BREST...

Je vous préviens, y'a du niveau en loose, je pense que même Vincent T ne peut rivaliser (et pourtant...).

Tout d'abord le décor : BREST. Ville en pente vers la mer. Très forte la pente, j'ai bousillé l'embrayage de la voiture de Loic en me garant. Le long de ces pentes se nichent des maisons plus grises les unes que les autres sur fond de ciel gris. Brest est en noir et blanc. Ils attendent l'arrivée de la couleur qui ne devrait pas tarder. En effet, cette ville s'ouvre à la modernité, la semaine dernière j'ai même été voir l'auberge espagnole au ciné à côté de chez moi (si si je vous assure c'est vrai).

En attendant un hypothétique rayon de soleil, des grappes de teufeurs mendient dans la rue avec leurs 1000000000 pitt bulls non attachés. C'est stupide tu peux pas les approcher à moins de 10m. Pendant ce temps d'autres chiens errent dans les rues, souvent les seuls êtres vivants (à part moi) à plusieurs centaines de mètres à la ronde. Ils règnent en maitres, me regardent de travers et m'obligent à changer de trottoir en minant leur territoire de CACA. Pensez à vous faire vacciner contre la rage si vous venez à Brest (en même temps il faudrait vraiment être fou...)

Et le pluillard pluillardoit.

Je descends la pente tous les matins pour aller à mon stage sur le port de commerce. Là l'ambiance est TRES différente. Fini la glande, bonjour les geek. Je suis dans une agence d'un bureau d'étude qui modélise les courants marins. Mes collègues lisent donc des bouquins de mécanique des fluides (en anglais) avant de tapper des équations de malade sur leurs ordis. Puis un nouveau cycle recommence. Cela de 8h à 19h. Le geek étant humain il s'accorde tout de même une pause pipi et 5 minutes pour aller chercher un sandwich qu'il mangera devant son ordi. Pendant ce temps, moi je mange un sandwich sur le port, contemplant les étoiles de mer que les pêcheurs jettent sur le quai et qui meurent à petit feu (très petit feu car vraiment il fait presqu'aussi humide dans l'air que dans l'eau...). Puis je retourne dans mon bureau-cuisine-couloir, entre le micro-onde et la cafetière remplie de café ultra serré pour être ultra efficace toute la journée. Là j'étudie le caca dans l'eau de mer. Je fais des stats qui ne marchent pas trop quand même et des cartes ArcGIS.

Parfois (comme aujourd'hui), je vais à la plage regarder la beauté de la nature mais surtout les exutoires d'égout et ces connasses de mouettes qui chient impunément dans l'eau.

Au bout d'un (long) moment, arrive le week end. Là, comme vendredi soir, Violaine accepte de me voir (car oui, elle aussi loose à Brest), alors on se bourre la gueule et on se fait virer à 1h du mat du bar parceque ça ferme. Merde, Brest n'est même pas la ville de la cuite. On finit sur le port de commerce (encore), des meufs veulent nous embarquer en club échangiste, on veut bien mais zut, il faut avoir 25 ans au moins, alors on va dans un bar-boite et on écoute des espagnols vieux moches et bourrés qui nous disent "eh tu veux voir mon dard" et autres subtilités. Ceci jusqu'à 5h du mat. A 5h du mat, avec 10g, Violaine a enfin vu un bogoss mais c'était surement une fausse alerte alors on est parties dormir dans son appart de 2000 m² dans les quartiers chics de Brest, là où il n'y a pas de chiens errants et d'immeubles délabrés, mais un MONOP et des boutiques de robes à 400 euros.

Mais avec Violaine nous avons décidé de ne pas nous laisser décourager si tôt. J'inaugure donc ici une rubrique "plans anti-loose". Vos suggestions sont les bienvenues. Pour l'instant nous plaçons nos espoirs en matière de vie sociale dans (par ordre de facilité):

- Mon voisin qui doit organiser "une teuf de malade, y aura trop de bruit" où on ira s'incruster sous peine d'appeller les flics.

- Le collègue de Violaine qui lui a conseillé de s'acheter un chat et dont le style de musique préféré est "des reprises".

- Mon coloc qui organisera surement un jour une teuf de mec trop cool avec ses potes trop cools chez moi "mais la semaine j'invite personne car tu te couches tôt..." (ouin)

- Le geek du bureau d'étude d'en dessous le mien et qui habite dans l'immeuble de Violaine (on ne lui a jamais parlé mais ça fait déja deux liens).

- la geek djeun's de mon stage qui a pas trop l'air de sortir mais il ne faut négliger aucune hypothèse.

- S'inscrire dans un club de surf pour faire du sport tout en rencontrant des mecs potentiellement trop cools (voire vraiment trop cools genre ils voudront pas nous parler) au risque de mourir d'hypothermie.

Je vous tiendrai au courant de l'avancement de ces plans.

Dans un prochaine épisode : LA COLOC!

Posté par math_b à 23:12 - Commentaires [5] - Permalien [#]

22 juillet 2008

J-6

Et oui, plus que 6 jours avant le grand depart, lundi prochain. Un peu tôt pour poster mon ultime message me direz-vous, mais je suis d'humeur inspirée en ce moment-même, donc allons-y. Ces dernières semaines ont été pour moi l'occasion de faire toutes les choses que je voulais faire et que je n'avais pas fait.


buenos_aires_036
Des vacances a Buenos Aires avec Daniella et Sahar. Des rencontres infortuites avec des dames moches qui veulent m'embrasser

buenos_aires_055
Avec un détour d'une tranquilité poétique par Colonia, Uruguay

the_end_075
De retour à Santiago, vomi  avec Morgan et Daniella dans le río Mapocho, la rivière la plus sale du monde qui mettrait Mouille dans tous ses états

valparaiso_059
Faire du tourisme a Valparaíso avec Marlen et quelques nouveaux arrivants

Aujourd'hui, Marlen est repartie au Mexique, où elle espère vainement réaliser son rêve, changer le monde, elle aussi. C'est tombé le même jour que le début de mon 7e mois au Chili. Déjà 6 mois, et quoi de neuf ? Un dégoût partagé de tous envers Santiago, qui s'embourbe jour après jour un peu plus dans ses inégalités maladives, où les riches n'ont pas trouvé d'autre moyen pour lutter contre la pauvreté que de l'ignorer en s'entassant dans des immeubles neufs dans des quartiers chics et propres, essayant d'oublier leur propre culture pour paraître le plus occidentaux possible, donnant un peso aux pauvres a chaque fois qu'ils vont au supermarché (équivalent: moins de 0.1 centime d'euro). La ségrégation sociale ici me fait vomir, mais en même temps, comment faire face à une situation gâchée par une économie mondiale dont les processus surendettent la moitié de la population et rendent les initivatives "vers un monde plus juste" si anecdotiques ?

Car, moi aussi, ici, je me suis comporté comme ces riches qui fuient cette pauvreté tenace dans laquelle personne ne veut tomber: enfermé dans mon quartier riche, il m'a parfois fallu(s) oublier pourquoi je suis venu ici pour continuer à m'amuser, dans une ville où parfois règne un racisme compréhensible envers tout ce qui se rapproche des Etats-Unis. Le fait est que j'en ai profité, et que j'ai vécu un expérience réellement incroyable ici, j'ai surtout rencontré des gens merveilleux des quatres coins du monde (littéralement) avec lesquels garder contact me paraît nécessaire. Aujourd'hui, l'énorme majorité de mes compagnons d'infortune sont chez eux et leurs visages me hantent déjà. Je dois encore attendre jusqu'à lundi prochain pour faire de même et revenir à une vie effrayante où je vais devoir commencer a faire des choix. Et ca, ca fait vraiment flipper. Toujours est-il que je garderai pour toujours un souvenir ému de cette césure, et je plains réellement ceux qui n'ont pas eu la chance d'y goûter. Ca a vraiment été le meilleur choix que j'ai jamais fait de ma vie.

Cette césure m'a littéralement changé, vous pourrez donc admirer un Phabien tout neuf à la rentrée, ou même en août pour certains... Sur ce, je vous fais une bise, et vous dis à très bientôt.

Posté par falubien à 06:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]

16 juillet 2008

Un message pour Suce

Puisque Suce en a marre de voir des gens s'éclater à l'autre bout du monde et veut des news de ceux qui loosent à Paris.

Avant de commencer, une petite précision pour JEanne : non je ne me lisse jamais les cheveux, j'ai essayé deux fois dans ma vie. La première j'avais 12 ans et ma mère m'a dit "tu ressembles à Nana Mouskouri". La deuxième c'était en NZ et ils m'ont dit "Ooohhh you look like Cher" je suppose que s'ils connaissaient Nana Mouskouri ils auraient dit la même chose que ma mère. Mais bon au moins ça a eu le mérite de prouver à Flore que non je ne pouvais pas avoir les cheveux raides raides, mais toujours raide-en-pétard. Voila je ne trahis pas la cause des boucles.

Sinon j'ai fini mon stage (youhou!) mais pas mon rapport de stage (pas youhou) Je dois le faire AUJOURD'HUI absolument. Donc biensur j'écris sur le blog. Je suis conne hein?

Sinon à part procrastiner sur le rapport de stage, ces dernières semaines ont été riches en rebondissement. Tout d'abord, le retour de Flore qui ne parle presque plus français. Elle n'est malheureusement pas obèse bien qu'on ait pu penser le contraire après un an en NZ. Dommage on aurait bien rigolé. Puis un retour à Grignon pour aller voir si les Schmitt sont toujours vivants. (Flore n'est pas venue, devinez quoi...elle avait la flemme!) Alors on a mangé un demi boeuf et des sardines marinées dans l'herbe et grillées au BBQ, arrosées de rosé raffraichi au bassin des Anglais, tout cela dans le respect parfait des normes HACCP et ISO 14001.

Pendant ce temps là, Papa (je précise pour Flore : je parle d'Eloi ici, notre petit papa à tous, pas de mon vrai père) faisait "visiter la SHG" à sa copine qui aime trop les poneys. Ca a mis dans les deux heures.

Bon là je devais mettre de sublimes photos de ce week end bucolique malheureusement je viens de les effacer sans faire exprès...je suis conne hein? A la place je vais faire un intermède "Fête des voisins". Chez moi c'était dans ce style :

DSC01703

A part ça je vais encore souvent en Bretagne où il fait souvent moche (bizarre hein?) MAIS où j'ai eu l'honneur d'assister à l'événement de l'année que beaucoup de français attendent avec impatience... LE TOUR DE FRANCE yahou! Dommage que Denys ait pas été là pour m'aider à maprfaire mon étude sociologique. Les catégories de populations identifiées sur le tour : des bonnasses qui dansent sur un char d'un magazin qui n'a pas honte d'exploiter la misère des gesn, au moins c'est franc : DSC02319, les forces de l'ordre, représentées par la gendarmerie où des gendarmes en string chaDSC02316ntaient "join the gendarmerie" en lançant des bracelets fluos "la gendarmerie c'est trop de la balle" (je n'ai pas réussi à en attraper à cause des grand-mères en furie qui se ruaient dessus, dommage je voulais l'offrir à Denys) . L'agroalimentaire français était représenté dans toute sa splendeur :

DSC02315DSC02320(remarquez DSC02323une autre catégorie sociale sur la photo cochonou : les grand-mères-qui-font-coucou-à-la-fenêtre, beaucoup plus discrètes que les grand-mères-qui-s'entretuent-pour-attraper-un porte-clé-vache-qui-rit) Puis les motardsDSC02324

qui n'étaient pas en reste DSC02333avec ce magnifique specimen, je suis sure que La Denrée appréciera. Et enfin, les DSC02335catégories sociales sans lesquelles le tour ne serait rien : les spectateurs et les coureurs cyclistes. (pourquoi on dit "coureurs" alors qu'ils ne courent pas d'abord?)

Puis cap au sud pour trouver un peu de soleil. Attention, pas trop au Sud non plus, il faudrait pas se prendre de choc thermique. Allons donc en Loire-atlantique à Tharon-Plage, où j'étais cordialement invitée par Gildas-gros-con et Maëlle-grosse-conne sa soeur, ainsi que tout un tas d'apprentis qui buvaient comme des trous pour oublier que oui, maintenant ils sont vieux, ils n'ont plus de vacances alors que d'autres sont encore des étudiants trop cools...Alors on s'est baignés dans l'estuaire de la Loire, on a péché des crevettes très très petites et très très mazoutées, contribuant ainsi à l'extinction des stocks. Maëlle nous a soutenu mordicus que non la plage de Tharon n'avait pas été polluée par la fuite de la raffinerie total dans l'estuaire de la Loire et que c'était juste de la vase (très noire alors la vase). Bon en même temps elle travaille chez total.DSC02371 Mais outre la crevette, Tharon c'est aussi la moule et sa célèbre FETE DE LA MOULE (et non fête de la Mouille malheureusement pour moi). Là des milliers de personnes se déchainent sur les rythmes endiablés des chansons de Jean-Michel Apeuprès et ses danseuses à peu près bonnes qui font la même choré sur toutes les chansons. Alors on fait la chenille "et on fait coucou à la fenêtre" tralalatsointsoin

DSC02378DSC02391DSC02379

Puis tout part en vrille, tout le monde est bourré, j'ai failli mourir deux fois écrasée contre les barrières à cause d'un pogo de bourrés, Gilles me file un coup de pied et je lui retourne une énorme claque. Il ne me parle plus.

Le lendemain autre épreuve : l'anniversaire de mariage de Papa Loic et Maman Loic. Ca veut dire 60 personnes. Ca veut dire 60 bonjour, mais surtout au moins 20 "Et tu viens d'où?" et là la goutte de sueur qui dégouline sur la tempe, la voix qui tremble je réponds "de Paris" et là en hommage à Didier Super on me répond "oh ba y'en a des biens"...Tralala tsoin tsoin

PS VDM : A mon stage ils m'ont offert une grenouille masseuse qui vibre en cadeau de départ. Elle s'est déclenchée toute seule quand je portais mon sac chez Loic. J'ai du sortir la grenouille pour l'éteindre devant les parents de Loic qui pensent maintenant que j'ai un vibro. Je sais pas si c'est pour ça que la mère de Loic lui a dit en parlant du festival des vieilles charrues et devant moi "bon ba j'espère que tu vas bien labourer avec ta vieille charrue...labourer en un seul mot hein..." VDM

Posté par math_b à 10:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]

29 juin 2008

Un message sans aucun intérêt

Bon, je me dis qu'il faut quand même alimenter un peu ce merveilleux blog. Pour ceux qui se demandent "mais que fait Phamouflo??", Flore est enfin rentrée de Dunedin, et oui, elle n'y passera finalement pas le reste de ses jours. Mouille est encore et toujours à Paris, se lisse les cheveux tous les jours pour tenter de faire sa bonnasse. Mais ca marche pas, depuis la Nouvelle-Zélande, elle est redevenue normale comme elle l'a toujours été.
Quant à moi, ma vie se réduit à travail toute la journée-sorties dans la nuit. Simplement. Je fais des rencontres ma foi plutôt fortuites, comme ces américaines qui ne parlent qu'en spanglish, même entre elles "you know what is gonna be dificil when i regreso back home ? order comida in inglés, i don't sé how to do lo anymore". Elles sont de plus très connes : "ooooh you come from Paris, have you ever besado alguien in front of the Torre Eiffel ?? How romantico !!". Bref. Ce fut épatant.
Sinon, c'est la saison des au revoir, tout le monde rentre chez soi dans son coin du monde. La première de la liste fut bien entendu Sophie, après ses 3 mois et demi de stage chilien. Cette semaine est d'ailleurs la dernière vraie semaine où à peu près tout le monde est encore là, où on peut aller à la Ex-Fabrica se faire poignarder par des dealers de drogue et choper des gens au hasards, à Opium pour se faire offrir des verres gratuits par le proprio qui a 55 ans mais qui croit qu'il en a 25. Il propose de la coke à quiconque s'évanouit en vomissant dans les toilettes, et il filme.

La semaine prochaine, je sors de Santiago pour la 5e fois (et dire que tout le monde va découvrir les beautés de l'Amérique du Sud et dépenser des milliards de pesos en bus et en hôtel tous les week-ends), avec ma pote equatorio-américaine (car oui les Etats-Unis représentent l'Amérique toute entière) Daniella, direction Buenos Aires avec un détour par l'Uruguay, où je devrais rencontrer Marine et la Pipe. Sinon, pour tous mes fans qui n'en peuvent plus de ne pas me voir, je serai de retour dans mon Chesnay quasi-natal le 29 juillet, rôtissant en calecon sur mon canapé à regarder "Sous le soleil", toujours avec "la vieille qui fume" qui me matte de son balcon. Une cigarette entre les lèvres, bien entendu.

Posté par falubien à 22:01 - Commentaires [7] - Permalien [#]


09 juin 2008

Des nouvelles du front

Alors voila, comme on est lundi matin et que vraiment je n'ai que mon rapport de stage à faire et que ça me soule à mort, j'ai décidé d'écrire sur le blog.

en vrac :

1/ Ma nouvelle voisine de bureau qui s'étire en faisant des bruits orgasmiques toutes les cinq minutes, qui téléphone à son copain franchement quoi toutes les dix minutes pour savoir ce qu'il mange et qui ne fait JAMAIS la vaisselle n'est pas là ce matin. C'est plutot cool.

2/ J'ai pris ce week end des billets d'avion pour aller avec Papa à Stockholm cet été. ce qui veut dire que je me dégonfle horriblement en allant pas en Uruguay voir Pip et Marine. Je le regretterai surement tout ma vie mais j'ai été atteinte d'un flemmite aigüe, je me demande si Flore et Fabien ne m'ont pas contaminée...En tous cas je vais commencer à apprendre le suédois. Le suédois c'est simple, d'après le Dieu Wikipédia il y en a 6 sortes :

  • Le norrlandais, les dialectes du Norrland (Norrländska mål)
  • Le svealandais, les dialectes du Svealand (Sveamål) (n'y sont pas compris les dialectes du Värmland qui sont plus proches des dialectes du Götaland méridional)
  • Le gotlandais, les dialectes du Gotland (Gotländska mål)
  • Le götalandais, les dialectes du Götaland (Götamål) (y sont compris aussi les dialectes du Värmland, mais non pas les dialectes des anciennes provinces danoises: la Scanie, le Blekinge et le Halland, ni les dialectes de l'île de Gotland)
  • Le suédois méridional, les dialectes du sud de la Suède (Sydsvenska mål)
  • Le suédois oriental, les dialectes du suédois parlés en Finlande et en Estonie (Östsvenska mål)

Donc "jeune femme" par exemple qui pourrait être utile à Papa pour choper se dit : Överkalix ,Sproge, Närpes, ou Köla. Bon il parait qu'ils parlent aussi super bien anglais...

Mais en Suède il y a surtout des Sproge trop bonnes : belle_suedoisegarde_suedois_gr

Alors que les suédois...bon ba voila quoi ....

Je sens que je me fais un peu avoir sur ce coup là mais bon.

3/ J'ai cru un moment que Sarah avait disparu de la surface de la terre, pas du tout elle est en fait à Rome dans un nouveau stage (son stage sur la consistance du caca s'est terminé pour cause de faillite de la boite , pas la boite à caca, la boite de son stage.) Elle part bientot au TADJIKISTAN et ce n'est même pas une blague. Je lui décerne la palme du pays de césure le plus marrant et le plus original.Le Tadjikistan c'est ça : Tadjikistan_carte d'après wikipedia c'est un pays extrêmement jeune (40% de la population a moins de 14 ans) dont la langue officielle est le tadjik qui s'apparente à l'iranien. Bon courage Sarah!

4/ La Bretagne : je m'y rends régulièrement bien que le train à la vitesse TER Paris-Auray coûte aussi cher que l'avion Paris-Stockholm sur Air France. Mais le dépaysement et le choc des cultures est tellement impressionnant que ça vaut bien le coup. Par exemple l'autre jour j'ai retiré des sous dans un distibuteur qui parlait breton. Enfin Brezhoneg plus exactement.CMB_dibabit2_full_init_

Biensur tout cela m'a scandalisé au plus haut point, après tout la France on l'aime ou on la quitte hein. Force est toutefois de constater que certains ressortissants bretons font des efforts d'intégration impressionnants. Ainsi, Loic met maintenant son beurre AU FRIGO!! (La Denrée, si tu lis ces lignes, non tu ne rêves pas!) Comme quoi rien n'est impossible.

DSC02183

5/ Mon anniversaire...n'ayant pas d'amis sous la main pour le fêter, j'ai fait la teuf toute seule en soufflant mes bougies toute seule sur un gateau/part individuelle. Je n'ai biensur pas réussi à toutes les souffler...C'est ça d'avoir 23 ans et d'être une personne âgée isolée. Je vais quand même m'inscrire sur les registres du plan canicule de la Mairie de Paris au cas où...

Non pour de vrai cet anniversaire m'a permis d'avoir un super sac à main de parisienne de ouf malade de la part de mes parents ce qui me permettra d'être plus chic que jamais lors de randonnées en Suède avec Papa cet été.vuitton_jennifer_lopez_01

Je crois que je vais devoir commencer à travailler.

Posté par math_b à 10:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]

04 juin 2008

Sauces au purin

Après un message, qui, au goût de certain, fut scandaleux (je vois pas trop pourquoi mais bon), revenons a des choses plus douces et plus simples. La semaine dernière a été l'occasion de faire du terrain. Sophie et moi sommes donc partis à 700km au sud de Santiago, dans la neuvième région du Chili (patrie de Gwen, Marianne, Lénaic et Boutade) .

Nous sommes ammenés là-bas par deux femmes chiliennes riches et élégantes de l'association, du style la cinquantaine mais quand même classe, qui fume des cigarettes light chères et dont le mari travaille dans une banque et arnaque le pays mais elle veut quand même faire une bonne action alors aide les pauvres. Ces salopes nous ont donc laissé là-bas en nous disant au revoir à travers la fenêtre de leur voiture neuve.

Notre but là-bas : enquêter le plus de "socias" possibles de l'association pour leur poser tout plein de questions pour pouvoir mesurer l'impact de cet ONG, qui fait du microcrédit pour femmes (car oui, c'est prouvé, les femmes remboursent mieux que les hommes, "et réinvestissent plus dans le foyer que leur mari qui va tout dilapiter en vinasse") en milieu rural.

Nous avons donc vu un nombre élevé de femmes qui produisaient des confitures, des pulls, des jupes, des conserves, des sous-verres, qui vendaient des bonbons, des fleurs, des boucles d'oreille, tout ca tout ca. Toutes étaient trèèèèèès trèèèèès gentilles, à t'offrir le thé et de la bouffe (et parfois même des écharpes, un pot de confiture...) alors qu'elles sont en train de te raconter qu'elles en chient pour payer les études de leur fils ou bien entendu le vin de leur alcoolique de mari. Bien sûr, aucune d'entre elle ne recoit d'aide de l'état, seulement si par quelque chanceux hasard leur mari est invalide, qu'elles ont un enfant aveugle ou qu'elles se traînent un vieux débri qui recoit une minable pension de 50.000 pesos par mois (70/80 euros).

casasuecia_y_terrno_028 casasuecia_y_terrno_030 casasuecia_y_terrno_044 casasuecia_y_terrno_048

Ce qui est trop bien, c'est que là-bas, absolument tout le monde est chrétien, il faut donc faire les bénédicités à table (en notre honneur bien sûr), et bien entendu prétendre être catholique. Mon jeu favori ëtait donc d'essayer d'entamer des conversations sur Dieu, comme par exemple demander à cette vieille croulante qui avait Parkinson et toutes les maladies cérébrales que tu peux imaginer et qui continuait à vendre ses bijoux : "Mais où trouvez-vous cette force pour vous surpasser continuellement ?". La réponse fut évidente.
J'ai également bien aimé le passage où Sophie a demandé à une autre vieille femme "Et que pense votre mari du fait que vous travailliez ?". Réponse très sérieuse : "Oh ben vous savez mon mari est trop malade pour parler alors bon... je suppose qu'il en pense pas grand chose".

En vrai, l'expérience humaine fut formidable, et l'expérience professionnelle enrichissante ! En plus, on a plein de trucs à dire sur le fonctionnement un peu trop laxiste de l'ONG. Et ca, ca fait du travail classe.

Malheureusement, de retour ici, je me suis souvenu que j'avais eclabousse mon sol avec de l'oeuf. Ben maintenant, ca pue.

casasuecia_y_terrno_050

J'adore vraiment celle qui se fait couper les cheveux. Elle était totalement inerte.

Posté par falubien à 05:06 - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 mai 2008

Ándate a la chucha weon.

Quand meme, ca fait longtemps que j'ai pas ecrit sur le blog. C'est encore une fois parce que j'ai pas de voyage à raconter. Mais, à la place, j'ai mieux. Je peux vous raconter mon quotidien. Mon quotidien est celui d'un gringo typique. L'avantage d'etre gringo, c'est que tu peux pretendre de ne pas parler espagnol. Ainsi, il est possible de s'en sortir pour pas cher simplement en disant avec un accent anglais très prononcé et sur un ton enthousiasmé "Yo no pagar !! Yo USA !!! Intercambio !!". C'est aussi génial parce que tu peux accoster n'importe qui en soirée, parce que de toute facon, tu es gringo donc bizarre donc tout le monde s'en branle que tu agisse de manière étrange. Le désavantage, c'est que les gens ont quand meme tendance à se foutre de ta gueule assez souvent. L'autre désavantage, c'est que les gens désirent pratiquer leur anglais ou leur francais avec toi, et ils parlent parfois vraiment très mal. Et la patience n'a jamais été mon fort. José en avait déjà fait l'expérience, quand je lui parlais super vite en disant n'importe quoi parce que ca m'amusait qu'il comprenne rien.

Mais etre étranger, c'est aussi aller au ministère de l'immigration pour faire refaire son visa. Avant d'y aller, j'avais en tete l'image de la préfecture de Versailles devant laquelle je passais en bus du temps du lycée, où dès 7h du matin il y avait toute cette foule qui faisait la queue sous la pluie devant l'entrée "spéciale étrangers", alors que la préfecture ca ouvre probablement qu'à 10h. Je me suis dit que, comme au Chili tout le monde est ultra-raciste, j'aurais a attendre 3 jours dehors dans le ghetto. Et ben figurez vous que non, on prend un ticket comme chez le boucher et on attend moins d'une heure dans une super salle d'attente a l'ambiance familiale. Tout ca pour dire que la France est décidemment une terre d'asile merveilleuse.
Au ministère je suis tombé amoureux de tous les Boliviens/Péruviens qui attendaient là, qui avaient l'air si gentils, qui discutaient de petites choses en faisant des petits gestes avec leurs petites mains mignonnes "te doy el papelito", "gracias amiguito". Et a cote de moi il y avait une drag queen, vraiment je me demande ce qu'une drag queen vient branler au ministere chilien de l'immigration. Le Chili, c'est vraiment pas le pays de la tolérance.

Il faut aussi que je vous présente les nouveaux acteurs, ou plutot nouvelles actrices (je suis un peu comme un mac) de mon existence.

A

Ca, c'est Daniella. Elle vient de Miami mais ses parents sont equatoriens, elle parle donc un espagnol parfait et, et ca c'est important, comprehensible. Elle parle toujours aux chauffeurs de taxi et commande les livraisons a domiciles pour nous (ben oui je vais pas non plus bouger mon (de plus en plus gros) cul). C'est ma voisine, et c'est plutot cool car elle aime parler de caca, vomi, choppe et se moque des gros, des moches et des malformés. Saoule, elle appelle la propriétaire à 6h du matin pour lui dire qu'elle a froid, et engage la conversation sur "oye weona", ce qui est difficile à traduire mais dont "eh ma salope !" pourrait etre un équivalent.

F

Ca, c'est Sahar, de Dunedin (je l'y avais jamais vue pourtant). Elle déteste le Chili, les gens gentils et ne croit pas au réchauffement climatique (pour de vrai, elle pense que c'est un coup monté). Nous avons beaucoup de points communs : comme moi, elle est sans pitié, se moque de tout le monde et est relativement abjecte. Son désavantage : elle refuse de parler espagnol. Son atout : c'est une salope et elle chope.

B

Ca, c'est Meg. Elle vient de Melbourne et aime le Chili car elle y a trouvé son "copain" (quoi) avec qui elle baise tout le temps, notamment dans la douche. Elle aussi parle d'étrons et de sexe, mais malheureusement est plutot aimable et gentille par nature.

 

Jeudi, c'était l'anniversaire des 21 ans de Daniella. Et, aux Etats-Unis, 21 ans, c'est le plus beau jour de ta vie. Ses parents lui ont donc offert d'organiser une soirée de malade, donc elle a loué un bar/boite et on a invité toooouuus nos amis et c'était trop la classe. Voici quelques photos. Mais seulement quelques unes, que j'ai spécialement choisi car je suis entouré de bonnasses.

C   D

E

Et oui, dès qu'on sort, on prend des photos avec des inconnus moches, ou des gens qu'on aime pas, moches de préférence également. Je vous laisse admirer cette magnifique mulette blonde et une veste en cuir sans manche couleur diarrhée, tout ca sur la meme personne.

G   


Dès fois, il fait encore beau (meme si maintenant il pleut alors ca fait tomber le plafond et on nous coupe l'eau (pas l'eau chaude, l'eau, ce qui fait que tu rentres dans les toilettes, et ooohh des excréments humains)). Alors on fait semblant d'etre à la plage, on boit des cocktails faits maison dans des verres en plastique, mais toujours avec une paille funky et une fine tranche de citron encastrée sur le verre. On a meme fait boire la bonne (oui, on a une bonne pour 32) ce jour-là.

H

Je vais finir en vous présentant mon club préféré. Ca s'appelle la "Ex-Fabrica", c'est bien entendu dans le ghetto et ils jouent uniquement du reggaeton ("voy a tocarte toda" étant ma préférée, pour les fanatiques)  ou des merdes latinos comme ca, genre de la cumbia trop sale. Ce club est vraiment génial, parce que c'est trop ambiance gangsta, c'est dans un espèce de vieil entrepot sale, y a probablement tous les trafiquants de drogue de la ville (ou pas), y a des vigiles partout pour vérifier que personne ne se fait poignarder, des grillages immenses à l'entrée, et bien entendu, des drive-by-shootings tous les soirs. Mais, pour une raison qui m'échappe, tout le monde y est trop sexy.

I

C'est une des seules photos que j'ai de cet endroit. Il ne vaut mieux pas sortir trop son appareil photo, sinon tu te le fais voler et après y a plein de bandits qui te prennent en gang-bang en te poignardant et en extrayant tes organes pour les revendre au le marché noir.

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Après-demain, Sophie et moi allons enfin commencer notre stage, ca va durer 10 jours.

Posté par falubien à 21:47 - Commentaires [5] - Permalien [#]

20 mai 2008

Anyone interested?

http://www.trademe.co.nz/Browse/Listing.aspx?id=156009827&ed=true

Posté par flore_d à 09:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 mai 2008

Refuel Revival

Mercredi, je suis tombée en depression. Cela est arrivé apres de longues semaines sans vraiment faire la fete, a rester a la maison avec Mat tout le temps; notre relation etant serieusement atteinte par le symptome papy-mamie.

Cela c'est exprimé par des pleurs accompagnés de maugréements du genre "j'ai pas d'amis, je sors jamais, je suis toute seule, je m emmerde, j en ai marre, tout me saoule, je deteste tout le monde", mais aussi l'eternel "je te [Mat] parles plus, dégage, tu me saoules".

J'etait donc seule dans la chambre a rien faire a part ruminer mon malheur, lorsque le telephone sonne. C'est Florence. Afin de profiter de la derniere soiree de Maelle, une bretonne de Nouvelle Caledonie (et oui, ca existe), nous decidons de faire quelque chose. Maelle veut sortir, Florence veut pas depenser trop, et moi je veux boire. Et c'est la que le premier mot de l'article a tout son importance : c'est mercredi, et mercredi, c'est la 3$ PINT NIGHT @ REFUEL !

Ahhhh quel plaisir de passer une soiree entre filles, a parler francais, a boire de la biere et a rigoler! Ah, le francais, quelle noble langue! Quel plaisir de s'exprimer plus librement qu'un oiseau... Ca me manque quand meme. Florence, prise d'un mal de tete nous a quitté assez rapidement, mais Maelle et moi avons fait honneur aux valeurs bretonnes en buvant comme des trous (normands). Apres avoir tchaché avec plein d'inconnus, remballé quelques boulets et pris des numeros de tel que l'on sait qu'on appelera jamais, nous sommes rentrées chez nous, a 3h30 du mat. Le Refuel, c'est une valeur sure. Le Refuel, ca me manquait. Quel dommage que Fabien, Mathilde et Sarah n'etaient pas la.

Ben tout ca pour dire que meme si je marchait au radar hier et que j'était incapable de faire quoi que se soit, maintenant j'ai la patate et je suis trés heureuse.

Alors on joint nos mains et on applaudit le Refuel, bar de l'université d'Otago qui vaut bien le K-vo.

Pour Fabien : j'ai fait de petits vomis mignons du genre "je me couche et 30sec apres je me rend compte que la position allongee, vraiment, ca marche pas"

Pour Mathilde : apres presque 1 an de "Sheer Cover", "Shark Steam Mop" (j'aime beaucoup), "Hip Hop Ab" et autres, j'ai failli craquer ce matin et commander "Thin Lizzie". En effet, pour seulement forty nine ninety nine, tu recois le pack (poudre compacte, double crayon noir et marron, gloss qui sent bon la fraise et plein de pinceaux) en DOUBLE, et en cadeau, un serum ultra efficace pour le contour des yeux. Dis moi si ca t interesse et on partage ;)

Posté par flore_d à 05:30 - Commentaires [7] - Permalien [#]